Pourquoi convaincre vos proches de faire examiner leur foie ?

Si vous encouragez un jour vos proches à faire un examen du foie , ils vous répondront sûrement qu’ils n’en ont pas besoin. En effet, beaucoup de maladies hépatiques sont difficiles à détecter sans examen médical, du fait de leur caractère asymptomatique*. My Liver Exam (Mon Examen du Foie) vous donne ici quelques conseils pour les inciter à franchir le pas.

Dans un premier temps, vous devez leur rappeler l’importance de cet organe dans notre organisme, l’ensemble des fonctions qu’il remplit et comment il peut se fragiliser.

Une fois passée cette étape, vos proches doivent prendre conscience qu’avec l’âge et une certaine hygiène de vie, les risques de dysfonctionnements hépatiques augmentent.

Le foie exerce plusieurs fonctions essentielles pour notre organisme

Le foie est un organe central, ayant trois activités principales :

  • L’épuration : il récupère et transforme de nombreux toxiques, pour les rendre inoffensifs, avant de les éliminer. Il détruit les globules rouges et les globules blancs vieillis, ainsi que certaines bactéries présentes dans le sang.
  • La synthèse : il métabolise des glucides, des lipides (cholestérol, triglycérides) et des protéines (albumine). Il intervient dans la production et la sécrétion de la bile qui est emmagasinée et concentrée dans la vésicule biliaire.
  • Le stockage : il emmagasine l’énergie sous forme de sucre et la met à disposition de l’organisme.

Ces trois fonctions essentielles signifient qu’un foie abîmé a des effets néfastes pour le bon fonctionnement de l’organisme.

Vos proches peuvent être atteints d’une maladie du foie sans le savoir

Si votre proche présente un certain nombre de symptômes ci-dessous, il/elle est peut-être sujet(e) à une maladie du foie sans le savoir :

  • Des nausées, des vertiges pouvant entraîner des vomissements.
  • Des douleurs dans la partie supérieure de l’abdomen.
  • Une coloration de la peau en jaune, communément appelée jaunisse. Celle-ci est la conséquence d’un excès de bilirubine* (bile) dans le sang et dans l’organisme.
  • Fatigue et faiblesse : pensez à consulter un médecin si ces poussées de fatigue persistent.
  • La fièvre : elle peut se coupler avec une douleur au niveau de l’abdomen. Il est donc important de prendre sa température, car il peut s’agir d’une inflammation ou d’une infection.
  • Des selles de couleur claire : celles-ci sont généralement associées à un problème hépatique  (pouvant avoir une influence sur le côlon).
  • Des démangeaisons, dues à l’accumulation de bile sous la peau.
  • Des saignements et des bleus. Les saignements (au niveau des narines) peuvent être la cause d’une déficience en protéines provoquée par un dysfonctionnement au niveau de l’organe hépatique. (1)

Avoir ces symptômes n’est pas nécessairement lié à un problème au foie. C’est à votre médecin de diagnostiquer une infection hépatique.

Plusieurs facteurs nous rendent plus exposés à la maladie. Si l’alimentation est riche en matières grasses et/ou si la consommation d’alcool est importante, cette personne est plus susceptible de développer une maladie du foie.

Il est à noter que certaines anomalies du foie, si elles ne sont pas prises en charge à temps, peuvent entraîner des complications plus graves, de type cirrhose, hépatite, voire cancer.

Si la personne en question est déjà atteinte d’une cirrhose : elle sera davantage susceptible de développer un cancer du foie, la cirrhose en étant la cause principale.

Rappelez-vous que le cancer du foie touche environ 8 000 personnes chaque année en France. (2) Et comme on le dit souvent, « cela n’arrive pas qu’aux autres ». L’âge moyen du diagnostic d’un cancer hépatique est de 63 ans (3). Dès lors, le risque augmente avec les années.

Plusieurs examens sont possibles pour un bilan du foie

Les raisons sont nombreuses pour inciter vos proches à faire un examen du foie. De plus, bon nombre de maladies hépatiques arrivent sans prévenir ! Votre rôle est de veiller à ce que vos proches prennent conscience de l’importance de l’examen hépatique, et adaptent leur mode de vie pour un foie en bonne santé.

Pour diagnostiquer une maladie hépatique, le patient doit généralement passer par trois examens : le bilan sanguin, l’imagerie médicale et parfois, la réalisation d’une biopsie*.

Ces examens sont prescrits par un médecin à la suite d’un bilan clinique : durant celui-ci, le médecin va palper l’abdomen pour détecter une éventuelle augmentation du volume du foie, ou une ascite*.

Après étude des symptômes et échanges avec le patient, le médecin passe à l’examen sanguin, pour mesurer la quantité des différentes substances produites par l’organe : bile, enzymes digestives, fibrinogène (utilisé dans le processus de coagulation).

Puis vient l’échographie, pour repérer une anomalie hépatique. Si c’est le cas, il faudra passer des examens complémentaires (scanners ou IRM), afin de cerner davantage les anomalies détectées à l’échographie. (4)

Plusieurs examens sont donc possibles pour un bilan régulier.

 

Lexique :

Bilirubine : pigment jaune, issu de la dégradation de l’hémoglobine (lors de la destruction des globules rouges). C’est son accumulation anormale dans le sang qui provoque une jaunisse. (5)

Ascite : accumulation anormale de liquide dans l’abdomen due à une maladie du foie. (6)

Sources :

(1)    http://amelioretasante.com/les-8-symptomes-dun-probleme-de-foie/

(2)    http://www.allodocteurs.fr/maladies/cancer/cancer-du-foie/depister-et-prevenir-le-cancer-du-foie_307.html

(3)    http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/1300-cancer-du-foie

(4)    http://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/cancer-foie/quels-examens

(5)    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bilirubine

(6)    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ascite

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page